Victime bourreau ou sauveur, comment sortir du piège ?

D’où viennent les conflits? On les entretiens à travers nos relations toxiques, usantes, négatives.

Le triangle dramatique « victime bourreau sauveur » est un jeu psychologique que tu joues au quotidien sans le savoir! Il suffit simplement qu’une personne que tu fréquentes joue l’un des rôles ci-dessous pour que tu y sois entraîné instantanément!

C’est inconscient, et il y a des rôles que l’on préfère selon notre personnalité. On parle du triangle SVP pour détailler les 3 comportements typiques au sein d’une relation :

LE SAUVEUR

Le gentil, étouffant, il pense avoir la solution pour tout.
Il est là, toujours présent, au four et au moulin, il ne supporte pas le conflit, il le dissimule.
Il veut se rendre indispensable en assistant les autres, il se considère comme supérieur à la victime qu’il souhaite aider.
Elle recherche une victime à aider.
« Je vais t’aider, même si tu ne veux pas! » Il a besoin d’attention en retour.

Son aide est inefficace donc il s’épuise.

LA VICTIME

Elle se plaint tout le temps, elle aime se victimiser, elle se met constamment en position d’infériorité pour être sûr qu’on ne lui cherche pas du mal.
Elle provoque même son malheur, attire les ennuis, fait des gaffes, a toujours une bonne excuse, des problèmes personnels.
Elle recherche un sauveur ou un persécuteur pour la conforter dans son rôle.
« Tu as de la chance toi d’être comme ci ou comme ça…j’aimerais bien moi aussi MAIS je ne peux pas pour x raisons… »

Elle n’en retire aucune énergie. Elle compte sur les autres pour sortir de ses problèmes.

LE PERSECUTEUR / LE BOURREAU

Le colérique, agressif qui sait tout, qui ordonne, qui dirige.
Il critique beaucoup, veut imposer sa version des faits, il se sent au dessus des autres, fait des promesses qu’il ne tient pas.
Il recherche une victime à persécuter.
« Je sais ce qu’il faut faire, c’est mieux comme je pense car j’ai raison. »

Sa colère l’épuise.

Quel est le problème? C’est fatigant, éreintant…changer tout le temps de rôle, s’adapter en fonction du rôle que l’on a pris dans une relation, cela demande une énergie inestimable.
Les relations que nous nouons ainsi ne sont pas de bonne qualité.

Un exemple du jeu:

Un père, une mère et leur enfant se baladent tranquillement. Ils passent devant la vitrine d’une boulangerie dans laquelle on peut apercevoir des bonbons.
« Maman, je peux avoir un bonbon? »
« Non ma chérie »
PLEURS, SCENE DESAGREABLE : l’enfant persécute sa maman qui devient victime de son caprice.
La mère demande au père d’intervenir: il prend alors son rôle de sauveur.
La petite ne se calmant pas, il s’impatiente et monte le ton, il devient persécuteur et la petite à son tour la victime.
La mère n’en revient pas de la violence de son mari et lui reproche son attitude, elle devient persécuteur, son mari la victime et la petite se calme, reprends une voix douce:
« Maman, Papa, arrêtez de vous disputer. »
Voilà, le tour a été fait, le conflit a éclaté et l’après-midi n’a plus du tout la même allure!

Comment on en sort?

Tu es déjà sur la bonne voie puisque tu es en train d’en prendre conscience, bravo!
– Observe à quel type de discussion on te demande de prendre part et n’y entre pas! Si tu n’entres pas dans le jeu, tu ne l’alimentes pas.
– Si quelqu’un vient te voir pour régler un conflit : n’y prends pas part.
Chacune des deux personnes a son point de vue, chacune d’elles doit pouvoir faire un geste, amène les à y réfléchir.

Ce que tu peux faire face à quelqu’un qui te demande de l’aide:

– Lui renvoyer sa responsabilité, la rendre autonome, lui dire qu’il doit assumer sa responsabilité.
– Lui montrer ce qu’il peut faire, lui rappeler ses capacités
– lui donner la permission d’être lui-même, de connaître ses besoins réels, lui donner l’autorisation d’agir comme il pense devoir le faire

Le père, face à la demande de sa femme, aurait pu par exemple faire remarquer à sa femme qu’elle a toutes les capacités de résoudre le conflit en étant créative et en la soutenant.

Pour réussir:

LE SAUVEUR peut apprendre à donner de l’aide efficacement : en développant son empathie pour savoir où donner de l’aide.
LA VICTIME peut se concentrer sur ses réussites, ses résultats concrets pour reprendre confiance en elle et cesser de se dévaloriser. Elle attirera ainsi les bonnes personnes.
LE PERSECUTEUR peut concevoir des règles du jeu efficaces, se fixer les limites qu’il ne dépassera pas.

Avant tout effort de ta part, note qu’il est primordial que tu t’exprimes de façon claire et précise en utilisant « je » et non pas « tu » en exprimant tes sentiments pour veiller à ce que les autres ne ressentent pas de colère, de culpabilité, de peur ou de honte…

Si tu veux aller plus loin :
http://changerpouravancer.com/les-4-accords-tolteques

A ce Propos

Cet article t’as plu ?
Va encore plus loin en téléchargeant mon guide « 3 bonnes habitudes vers une vie épanouïe », qui propose 3 solutions faciles à adopter pour t’apaiser en moins de 7 jours: clique ici pour le télécharger tout de suite!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *